Racines de personnages


   Que peut-on dire des racines? Qu'elles sont un lien solide, une attache profonde. Qu'elles fixent au sol les plantes et les arbres, mais aussi les personnages. Ainsi certaines personnes que je côtoie constituent pour moi l'ancrage du caractère ou des attributs propres des êtres qui habitent mes romans. Elles traversent la frontière de papier et deviennent le socle à partir duquel s'élaborent les diverses personnalités.

   J'ai l'impression, lorsque je me livre à cet exercice, d'habiller des poupées et de reconstituer des casse-tête. C'est tout à fait fascinant lorsque la personne connue s'amalgame au personnage romanesque. Et Florence et moi nous rendons continuellement visite. Par moments, je suis elle et à d'autres moments, elle est moi. Quand je voyage en tant que personnage, elle sait s'occuper de la narration.

   Dans les représentations plus dramatiques, des condensés de pensées froides et ténébreuses, ainsi que des armes bien affilées s'amalgament à des ombres qu'il faut saisir, capturer en quelque sorte. Elles sont gluantes. Il arrive qu'elles me donnent la nausée. Je dois revêtir une véritable armure vibratoire lorsqu'elles tentent d'injecter leur poison. Mais cela m'aide à débusquer l'obscur, le sournois, le gangréneux. Il faut démasquer ce qui est en état de décomposition et toutes les moisissures qui les accompagnent.

   Merci à toutes les personnes qui m'ont inspirée :

  • Anonyme (craignant des représailles), pour Françoise Charbonneau;
  • Anonyme mais identifié et bien vivant, pour l'agresseur suisse;
  • Cécil Pichereau, pour Cécil Pichereau, la couturière;
  • Claudette Nadeau, pour Yoshiko Ashikaga-Pellerin;
  • Danielle Charbonneau, pour Danielle Charbonneau.
  • Diane Demers, pour l'agente Diane Dumesnil;
  • Étienne de Santis, pour Étienne Ora;
  • Gilles Pelletier, pour Ogawa;
  • Grégoire V. Labelle, pour Édouard Valin;
  • Hélène Myre, pour Hélène Magnan, l'armurière (la Rose);
  • Jeanne et Madeleine de Santis, pour Clara et Francesca de Vincentis, ainsi qu'à toute leur famille, dont Étienne, le fils de Jeanne, pour Étienne Ora;
  • Jean-Guillaume V. Labelle, pour William Valin;
  • Jeannine Thibault, pour Jeanne Thibault, dite la Pivoine;
  • Jocelyne Gagné, pour Marie-Jocelyne;
  • Liette Comeau, pour Liette Comeau, la conservatrice de musée (le Chien);
  • Malika, pour Malika;
  • Michèle Généreux, pour l'infirmière Michèle Grolier;
  • Rachel Verdon, pour Lily de Blois;
  • Serge Guersch (Abdeslam) et Lise, pour Driss et Micheline;
  • Sophear Chiv, pour Sophear Nath;
  • Sylvie Lamarre, pour Colette Leclerc, l'ambulancière
  • Véronique Quantin, pour Véronique, la mère d'Éloïse;
  • Victor V. Labelle, pour Emmanuel Valin;
  • Virginie Labelle, pour Éloïse Valin;

 

 
 
© copyright Lydia Renoir
Site Web fabriqué avec l'outil de création de site web rvSitebuilder | Hébergement de site Web par DesMondes.com
Création de site d'entreprise par CreateurWebPro.com | Hébergement Web par DesMondes.com